Walygator Parc (France)

Le parc d’attractions lorrain Walygator continue sa dynamique d’investissements, traduit cette année par le lancement de Dino World. L’ancienne zone de rafting a été complètement réaménagée pour la peupler de dinosaures et offrir un périple humide à l’ère jurassique. Mais aussi un petit tour à vélo, «typiquement familial», avec Dino Bike. Quelque 1,2 million d’euros ont été investis dans cette nouvelle zone. (voir notre article)

«L’objectif est de continuer de transformer le parc d’année en année, et de monter en gamme», précise Jacqueline Lejeune, présidente de Walygator, à la presse locale.

100 000 euros sont aussi investis dans les deux fast-foods. «L’attente y était jugée trop longue et la cuisson pas toujours top. Nous avons désormais un équipement similaire à celui des grandes chaînes de restauration rapide» Depuis 2013 et la reprise du parc par la nouvelle équipe dirigeante, 10 millions d’euros y ont été injectés. La politique porte ses fruits. Le dernier exercice s’est soldé sur un bénéfice légèrement supérieur à un million d’euros, «le premier depuis huit ans».

Walygator Parc (France)

Avec 441 000 entrées lors de la dernière saison, le chiffre d’affaires s’est établi à 8,26 millions d’euros, contre 5,17 millions en 2013. Pour celle en cours, la trajectoire est ascendante, avec une hausse d’une trentaine de pour cent du nombre de visiteurs et du chiffre d’affaires sur un an, à fin mai 2015. Le public luxembourgeois est une cible privilégiée dans cette stratégie de montée en gamme, avec une grosse campagne de publicité prévue au Grand-Duché à la mi-juin.

En 2016, On verra notamment une zone thématisée « 1900 » s'installer autour du « carrousel 1900 », un toit sera également construit pour la gare du roller coatser « The Monster » , et l’ancienne « Terror House » devrait disparaître.

© 2015 LK - RL