Heroic Land (France)

Dans le cadre du projet de parc d’attractions français Heroic Land et pour permettre à la population de se faire une idée précise de celui-ci, la municipalité de Calais où il devrait être érigé, organisera quatre soirées de concertation. Comme on peut le lire dans l’édition de La Voix du Nord de ce mercredi.

Heroic Land (France)

Cependant, Il ne s’agit pas de débat public comme l’avait réclamé l’opposition et qui avait d’ailleurs saisi la commission nationale du débat public (CNDP) à ce propos en novembre dernier. Autorité administrative indépendante dont la mission est d’informer les citoyens sur les projets de plus de 300 millions d’ €. Commission qui a d’ailleurs statué en décembre, demandant tout de même « l’encadrement de la concertation » entourant le projet en nommant un garant.

La première de ces soirées aura lieu le 21 mars à 19 h à la Halle, place d’Armes. Suivront trois autres : le 18 avril, le 23 mai et le 6 juin à la même heure mais dans des endroits non encore définis. Particularité de ces réunions, chacune s’attachera à une thématique : La première proposera une présentation générale ; la seconde portera sur les enjeux économiques ; la troisième sur la gestion des trafics et accès et la quatrième sur l’intégration du projet dans son environnement.

Heroic Land (France)

Ce parc, bâti autour des thèmes du manga, de la science-fiction et de l’heroic fantasy, doit voir le jour au printemps 2019. Ses promoteurs annoncent 32 attractions, un hôtel de 250 chambres, une allée commerçante et 2 800 places de parking. Il devrait permettre la création d’un millier d’emplois, dont 750 directs. 1,5 million de visiteurs annuels sont attendus. Il doit voir le jour zone du Virval à proximité de l’embranchement de l’A16 et l’A26. Initialement estimé à 350 M€, il serait revu à la baise avec 275 M€. Ce qui lui permettrais de ne plus se heurter à la CNDP.

Le projet est porté par Calais Promotion, agence de développement économique de la Ville et par la société IDID. Calais Promotion se charge de la partie publique du projet, quand à la société IDID elle est chargée de trouver un investisseur et un exploitant.

La phase d’élaboration du projet terminée, cependant le bout du tunnel est encore loin puisque l’heure est à la recherche de financement. Un changement du plan local d’urbanisme et une étude d’impact environnementale reste encore à réaliser. Parallèlement, des négociations avec des exploitants de parcs d’attractions doivent être menées.

© 2016 WW / LVN