SeaWorld San Diego (USA)

Étrange affaire pour le groupe de parcs d’attractions et aquatiques SeaWorld aux Etats-Unis. En effet celui-ci a reconnu jeudi que plusieurs de ses employés s'étaient fait passer pour des défenseurs des droits des animaux afin d'espionner ses opposants.

Le conseil d'administration de SeaWorld a donné pour instruction à l'équipe de direction du groupe de mettre un terme à cette pratique consistant à faire passer plusieurs employés pour des militants des droits des animaux. Cette pratique plus que douteuse visait à « assurer la sécurité des employés, des clients et des animaux du groupe après les menaces crédibles reçues par l'entreprise », a justifié le groupe dans un communiqué.

En 2015, People for the ethical treatment of animals (Peta), une organisation de défense des animaux, avait affirmé que le parc SeaWorld de San Diego en Californie, avait envoyé un employé infiltrer ses rangs pour participer à des rassemblements et inciter les défenseurs des animaux à mener des actions violentes. Ce qui auraient probablement discrédité l'organisation.

L'employé en question qui avait été suspendu dans l'attente des conclusions d'une enquête a depuis repris son travail au sein du parc. Une affaire qui ne risque pas de redorer le blason du groupe américain déjà sous le feu des critiques depuis la sortie du film documentaire Blackfish en 2013 relatant les conséquences du danger de la captivité sur certaines espèces. Depuis SeaWorld cherche à reséduire son public via d’importants investissements (voir notre article).

© 2016 WW / 12news