Bobbejaanland (Belgique)

Un riverain du parc d'attractions belge Bobbejaanland a été agressé par un groupe de visiteurs dimanche dernier en raison d’un différend concernant le stationnement de véhicules.

L'affluence du parc était telle dimanche que le parking officiel affichait complet. Certains se sont vus obligés de garer leur véhicule dans les rues adjacentes, même à des endroits non autorisés. Une information du quotidien Het Laatste Nieuws.

Propriétaire d'un terrain jouxtant sa maison et situé juste à côté du parc, le riverain n'a pas du tout apprécié qu'on y stationne de manière sauvage. « Quand nous sommes arrivés chez nous dimanche dans le courant de la journée, il était rempli de véhicules. Même notre remorque était bloquée », raconte-t-il à la presse locale.

Celui-ci a donc appelé la police ainsi qu'un collaborateur de Bobbejaanland, qui ont débarqué sur les lieux. « La police nous a conseillé de faire appel à une dépanneuse, et de faire enlever les voitures, mais c'était à nos frais. Comptez facilement 250 euros par véhicule le week-end. Même si on aurait pu récupérer la somme via la justice de paix, cela fait une somme importante à débourser ».

Sans se laisser démonter, le résident des lieux n’a pas hésité à réclamer 8 euros par véhicule, soit le même prix exigé par le parc pour l'accès à son parking. A la fermeture du parc, il a donc demandé aux automobilistes de débourser 8 euros. Certain ce sont opposés, et se sont montrés agressifs, d'abord verbalement puis physiquement.

Menaçant de noté les plaques d'immatriculations et d’informer la police locale, le différend a très vite tourné à l'empoignade.

« J'ai reçu un coup au visage et on m'a jeté à terre. J'ai titubé jusqu'à ma voiture pour prévenir la police. A ce moment-là, ils se sont mis à vandaliser ma voiture. Deux poignées de porte ont d'ailleurs été endommagées. Je suis sorti pour leur dire d'arrêter et ils m'ont à nouveau frappé ».

Sortie de la maison pour venir en aide à son mari, celle-ci a aussi essuyé des coups. Les visiteurs violents ont ensuite pris la fuite, avant l'arrivée sur place de la police. Les plaques minéralogiques leur ont été communiquées. Les auteurs devront comparaître devant le juge pour coups et blessures.

© 2016 WW / HLN