Nouveau projet un peu fou de grand parc en France. L'association PJV 2020 ambitionne de créer le premier parc d'attractions dédié entièrement aux jeux vidéo à l'horizon 2020.

PJV 2020 (France)

Cette association de passionnés de jeux vidéo a tenu ce jeudi 19 mai 2016 son premier point presse dans lequel l'équipe a annoncé officiellement le lancement du projet. Son but : construire le premier parc d'attractions dédié aux jeux vidéo en France. Ce projet est pour l'instant à un stade peu avancé.

Si on évoque le département du Gard, aucun lieu d'implantation précis annoncé, pas d'investisseur officiel de déclaré, mais malgré tout l'ambition est de récolter 180M d'euros. Selon une étude très sérieuse menée par le cabinet Horwath, le parc pourrait accueillir 1,2 millions de visiteurs dès la première année et permettre la création directe de 1440 emplois.

Le parc, qui s’étendrait sur 20 à 25 hectares, pourrait accueillir des attractions dotées des dernières technologies numériques, des compétitions e-sport régulières, un musée du jeu vidéo, un espace dédié aux serious games (des jeux utilisés pour soigner ou éduquer), conférences, concerts, ... Mais aussi des hôtels et restaurants aménagés selon l’univers du jeu vidéo le tout doté d’une architecture inspirée du gaming.

Inutile de dire qu’au vu des chiffres « très sérieux » avancé, nous sommes extrêmement septiques sur l’aboutissement d’un tel projet. On se souvient tous du fiasco du projet Mirapolis fermé après 4 ans ou bien encore de Big Bang Schtroumpf, devenu depuis Walygator, qui 27 ans après son lancement et de multiple reprise n’a toujours pas trouvé son équilibre. Tous deux imaginés et conçus trop grand.

En France les promoteurs ont de l’ambitions, c’est bien, mais ont singulièrement les yeux beaucoup plus gros que le ventre, avec des chiffres toujours beaucoup trop fantaisistes au regard de la réalité du marché français et pourtant toujours issu « d’études sérieuses ». On attend toujours le plan d’investissement et de financement du futur Heroic Land du côté de Calais (voir notre article), ou bien encore les premières pelleteuses sur le chantier du Parc Spirou dans le Vaucluse, initialement prévu pour 2015 et encore une fois reporté maintenant à l’horizon 2018 (voir notre article).

© 2016 Laurent Kot