Non-lieu dans l’enquête portant sur le vol de 17 singes et 2 tortues au ZooParc de Beauval

© ZooParc de Beauval

© ZooParc de Beauval

Le dimanche 10 mai 2015, le ZooParc de Beauval alerte la gendarmerie après avoir découvert la disparition de sept tamarins lions à tête dorée et dix ouistitis argentés. Deux tortues d'Hermann sont également portées disparues. La justice vient de rendre un non-lieu dans l’enquête portant sur le vol de ces 17 singes et ces 2 tortues. Une information du quotidien La Nouvelle République.

Après des mois d'investigations, l'enquête aura débouché sur une impasse. L'instruction s'achève par une ordonnance de non-lieu. Pourtant, les enquêteurs n'auront pas chômé, vérifiant toutes les pistes exploitables.

Aucun lien n'a pu être établi avec d'autres vols d'animaux sauvages commis durant la même période, notamment une dizaine de chinchillas dérobés près de Vierzon quelques jours avant et la disparition de tamarins lions à tête dorée, le 24 juillet suivant au zoo de Krefeld situé près de Düsseldorf en Allemagne.

La nuit du 9 au 10 mai 2015, les auteurs avaient escaladé le mur d'enceinte du ZooParc de Beauval et recouvert une caméra avec un morceau de tissu. Ils avaient ensuite forcé une des portes de la serre tropicale et déboulonné les boîtes dans lesquelles les singes sont enfermés la nuit. On ignore alors le nombre des cambrioleurs, les enregistrements des autres caméras n'apportent aucune information utile.

© 2017 LNR / WW