Après un tour dans Space Mountain, elle attaque Disneyland Paris et demande une indemnisation

© Disney Gazette

© Disney Gazette

C’est en 2013 que Marie (prénom d’emprunt) avait décidé de faire un tour dans Space Mountain, l’attraction phare de Disneyland Paris, mais son passage lui aurait causé de graves troubles de l'équilibre, liés à une lésion de l'oreille interne. Toutes les activités du quotidien de Marie sont désormais très compliquées pour la jeune femme, qui a l'impression de tanguer à chaque mouvement.

Quatre ans plus tard, la jeune femme souffre encore de vertiges qui pourraient ne jamais s'estomper et réclame des indemnités, comme nous rapporte Le Figaro.

Marie témoigne à la presse : « J'ai senti ma tête claquer contre les arceaux. À gauche, à droite, la tête en avant. Je n'arrivais pas à la relever. Ça m'a paru une éternité. À la fin, j'avais des vertiges », déclare-t-elle.

Un ORL finira par lui diagnostiquer le syndrome du mal de débarquement, comparable à ce que les marins vivent après avoir passé des mois en mer. Son oreille interne a été touchée durant les mouvements brusques de l'attraction. « Les cils qui retenaient les cristaux qui assurent l'équilibre ont été arrachés. Les cristaux ont été en mouvement permanent. Mon cerveau a inhibé mon oreille interne. Elle indiquait tellement de signaux incohérents, qu'il a décidé de l'ignorer. »

Alors que Marie ne sait toujours pas si elle pourra un jour retrouver une vie normale, elle demande désormais réparation auprès de Disneyland Paris. En 2015, on lui a proposé une indemnisation de 29.950 euros. Mais l'argent ne sera jamais versé.

Aujourd'hui, l'avocat de Marie va demander au juge des référés à Meaux, en Seine-et-Marne, de mandater une expertise médicale judiciaire pour contraindre la société à indemniser sa cliente, se réservant le droit d'attaquer le parc devant le tribunal.

Du côté de Disneyland Paris on se dit surpris de voir l'émergence de ce sujet dans la presse. « Nous n'avons pas encore reçu tous les éléments, cette affaire est encore en cours et nous la suivons avec la plus grande attention », déclare-t-on au sein du parc d’attractions.

© 2017 LF / LP