Le point sur le projet de parc d'attractions à Calais

© Heroic Land

© Heroic Land

La semaine dernière, la commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) du Pas-de-Calais a émis un avis favorable au projet présenté par l’agence Calais Promotion pour l’exploitation des boutiques dans le cadre du futur parc d’attractions Heroic Land. Une information du quotidien La Voix du Nord.

La demande porte sur un ensemble commercial d’une surface de vente totale de 1 600 m², composé d’une boutique non alimentaire de 645 m2 et de huit boutiques de taille inférieure.

Le projet de parc d’attractions est pour sa part soumis à deux permis d’aménager en cours d’instruction. Ils concernent la réalisation du parc et la construction d’une aire de stationnement de 2 500 places. Ces permis font l’objet d’une enquête publique, ouverte depuis le 7 mars, et qui se termine le 7 avril. Près de cinq cents pages de documents sont en accès libre.

Un projet ne plaît pas à tout le monde, comme le mentionne NordLittoral. Le rapporteur de l’enquête publique a notamment reçu deux courriers qui s’interrogent sur celui-ci.
Le premier courrier reçu par voie électronique émane du groupe Europe Ecologie-Les Verts Calais.

Les responsables locaux du parti écologiste s’interrogent notamment sur les « compensations au titre de la destruction des zones humides », la « consommation foncière énorme » du projet ou encore le « flux considérable de véhicules » qui risque d’augmenter la pollution et d’entraîner une « congestion des axes de circulation ».

Un deuxième courrier, envoyé celui-ci par le groupe qui détient les cliniques du Virval et des Oyats à Calais, insiste surtout sur le bruit que pourrait engendrer un tel parc à côté d’établissements qui nécessitent « le plus grand calme et la plus grande quiétude sur les zones extérieures ». Le courrier insiste sur l’absence de prise en compte de la présence des deux structures dans l’étude d’impact, et notamment les conséquences que pourrait avoir le parc sur les parkings des deux établissements.

Un autre grand point d’interrogation et pas des moindres, le projet ne semble toujours pas encore abouti sur son montage financier. Des retards ont été pris dans la présentation du plan de financement, annoncé pour la fin 2016. L’investissement étant de 265 M€.

© 2017 WW / LVN / NL