Un bébé panda attendu au ZooParc de Beauval

© ZooParc de Beauval

© ZooParc de Beauval

Huan Huan, la femelle âgée de 8 ans du ZooParc de Beauval, à Saint-Aignan (Loir-et-Cher), pourrait bien attendre un heureux événement après avoir été inséminée au printemps, à défaut d'accouplement naturel avec son compagnon d'enclos, Yuan Zi

Cependant, le conditionnel s'impose, l’an dernier la femelle avait fait une grossesse nerveuse. Ce qui est sûr, c'est que si gestation réelle il y a, la naissance est programmée à la fin du mois.
  
Les enjeux sont colossaux pour le plus grand parc animalier de France. Lors de l’arrivée en 2012 du couple de panda en provenance de Chine, le nombre d'entrées avait bondi de 60 %, pour atteindre aujourd'hui 1,5 million chaque année.
 
L'investissement est très rentable, même si le binôme, propriété de l'empire du Milieu, coûte une fortune. Dans le contrat, valable une décennie, il est stipulé que le ZooParc de Beauval verse annuellement, selon Le Parisien, environ 1 M$ (872 000 €) aux autorités chinoises. il faut ajouter les 50 000 à 70 000 € de frais de bambous et les salaires de cinq employés (quatre soigneurs et un vétérinaire) qui prennent soin du duo. 
 
Le grand public ne pourra pas découvrir le petit panda avant deux ou trois mois. Mais des écrans géants installés dans le parc permettraient aux visiteurs de suivre ses premiers pas. Le bébé demeurera la propriété de la Chine et devra, au bout de trois ou quatre ans, retourner sur les terres de ses ancêtres. 

© 2017 LP / WW