Avis défavorable pour le projet du méga complexe EupaCity

© EuropaCity

© EuropaCity

Une enquête publique sur le projet de méga complexe parisien de loisirs et commercial EuropaCity, met en doute l’intérêt de celui-ci sur le plan économique, social ou environnemental. 

Le projet qui devrait voir le jour entre Paris et l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, au nord de la capitale française, est au centre d’une enquête publique. Un avis défavorable a été émis par le commissaire-enquêteur. Bien qu’il soit non-contraignant, les opposants veulent y voir une opportunité pour l’ouverture d’un débat démocratique.

D’autant que le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, avait déjà estimé que cet aménagement de la zone agricole du Val d’Oise, au coeur du projet du Grand Paris, n’était pas compatible avec son plan climat lors d’une conférence de presse début juillet.

Dans les grandes lignes, le rapport décrit « un projet peu compatible avec la notion de développement durable ». EuropaCity c’est 80 hectares de terrain pour y faire fleurir des milliers de mètres carrés de chambres d’hôtels, de commerces, de salles de spectacles, de restaurants et de parcs de loisirs. Un projet gigantesque porté par Auchan et son partenaire chinois Wanda pour un coût qui devrait dépasser les 3 milliards d’euros.

Le commissaire-enquêteur se montre aussi sceptique sur les retours économiques du projet. Il estime ainsi, dans ses conclusions, que « la création d’emplois et de richesses annoncée est mise à mal par des études extérieures », et que celle-ci se ferait au détriment des territoires voisins. Comprendre, le projet menace de tuer les commerces et le tissu économique des villes limitrophes. En termes d’emplois, « les objectifs en [la] matière sont peu compatibles avec le niveau de formation locale », nous rapporte le journal Libération.

Du côté de la mairie de Gonesse, favorable au projet, on préfère balayer ces doutes. « Les conclusions du rapport ne sont pas de nature à remettre en cause le principe de l’aménagement du Triangle de Gonesse ni à même d’entacher la détermination de la municipalité », peut-on lire sur le site de la ville, qui annonce au passage qu’elle fera connaître sa position début septembre. 

© 2017 WW / LB