Détention prolongée pour l'escroc du Futuroscope et de Disneyland Paris 

© Futuroscope

© Futuroscope

Une véritable vocation pour ce jeune homme soupçonné d’une vaste escroquerie au détriment du Futuroscope. Il avait déjà été condamné pour avoir arnaqué Disneyland Paris, nous rapporte le quotidien français La Nouvelle République.

Placé en détention provisoire depuis la mi-novembre après sa mise en examen pour escroquerie à la revente de billets au détriment du Futuroscope, le jeune homme, originaire de Bobigny en Seine-Saint-Denis, a vu sa détention prolongée ce mercredi par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Poitiers.

L'enquête cherche à déterminer si le suspect a bénéficié de complicités et ce qu'il a pu advenir de l'argent gagné. Au moment de son arrestation, les gendarmes évoquaient une escroquerie qui s'élèverait à 130.000 €. Mercredi, la chambre de l'instruction parlait d'une perte pour le Futuroscope de l'ordre de 70.000 €. 

Des coordonnées bancaires étaient dérobées, elles servaient ensuite à acheter sur le site du parc d'attractions des packs comprenant l'entrée, la nuit d'hôtel et le restaurant. Ces billets étaient revendus sur le boncoin.fr et, dans l'intervalle, les propriétaires des cartes bancaires lésés par le vol avaient fait annuler la transaction.

Pour les acheteurs, quand ils arrivaient au Futuroscope, impossible d'entrer. Le billet n'était plus valable, puisque la transaction annulée. Le nombre de victimes se compte en centaine.
Le jeune homme est désormais poursuivi pour escroquerie en récidive. Il est en effet apparu qu'il avait été condamné voilà cinq ans pour une escroquerie aux billets visant Disneyland ! Son passé judiciaire comporte aussi une mention pour édition de faux programme.

Les investigations doivent aussi éclaircir la provenance des faux billets de banque trouvés sur lui au moment de son arrestation. Le jeune homme a juré pouvoir verser un cautionnement de 10.000 € pour convaincre la justice de sa volonté de ne pas se soustraire en fuyant vers le Portugal où vit une partie de sa famille.

« C'est un héritage, la grand-mère de ma copine est morte », a-t-il assuré pour rassurer la justice qui cherche aussi à savoir ce qu'est devenu le profit généré par l'escroquerie. L'enquête suit en effet la trace de transactions de véhicules de luxe de type Porsche Cayenne

© 2017 LNR / WW